Rapport annuel 2016 IEDOM : croissance & stabilité des prix au bénéfice du consommateur

D’après le bilan de l’IEDOM, l’année 2016 s’est inscrite dans la continuité de 2015, avec des évolutions rassurantes et un bilan favorable. L’économie continue d’évoluer à un rythme soutenu. Si les ingrédients de la croissance semblent en place, son augmentation potentielle est encore incertaine car la nouvelle route du littoral (NRL), les taux d’intérêts et l’inflation devraient devenir moins favorables. L’enjeu de 2017 et des années à venir réside dans la capacité de l’économie réunionnaise à déployer des filières suivantes : économie bleue, économie verte et numérique.

  • Des prix qui continuent de stagner

Plus faible que la métropole (+0,2%), très en deçà de l’objectif de l’union européenne (+2%) et après une baisse historique de -0,3% en 2015, l’indice des prix à la consommation des ménages augmente en moyenne de 0,1% (Pour plus de détail sur ce point, lire notre article sur le bilan économique 2016 de l’INSEE).

  • le prix de l’eau en baisse

Le prix des services de l’eau affiche un léger recul, rompant ainsi avec la hausse constatée ces dernières années. La moyenne départementale du prix de l’eau s’établit à 2,26€ TTC (le mètre cube d’eau) en 2016 contre 2,27€ TTC en 2015 (une baisse de -0,1% entre 2015/2016 contre une augmentation de +6,6% entre 2014/2015).

Les disparités entre communes sont importantes, allant de 1,33€ TTC dans la commune de la Plaine des Palmistes, jusqu’à 3,03€ TTC dans la commune des Trois-Bassins. Les communes rattachées à l’assainissement collectif connaissent un prix de l’eau plus élevé, soit 2,35€/TTC en moyenne. Un abonné au service public de l’eau, correspondant à un ménage composé en moyenne de 3 personnes, dépense en moyenne 231,26€/an , somme qui s’élève à 440,04€/an pour un ménage qui relève des services publics d’eau potable et d’assainissement collectif.

  • Les taux d’intérêts toujours plus faibles

Le coût du crédit aux entreprises,le coût des opérations de découvert en compte et le taux de l’escompte commerciale s’inscrivent, tout au long de l’année 2016, dans une tendance à la baisse. Cependant les taux moyens des crédits restent supérieurs à la métropole, pour tous les types de crédits et toutes les tranches de montants. Une partie de cet écart est expliquée par un coût du risque nettement supérieur et un coût de refinancement plus onéreux à la Réunion.

La rémunération des placements à taux réglementés reste globalement identique à 2015 :

la rémunération du livret A est à +0,75% , le compte épargne logement (CEL) à +0,50%, Le livret épargne populaire (LPE) à +1,25%, le livret de développement durable (LDD) à +0,75%. Seul le plan d’épargne logement (PEL) voit sa rémunération diminuée de 1,50% à 1,00%.

  • Les tarifs bancaires toujours inférieurs à la métropole

D’après les données de la Banque de France, au 1er octobre 2016, les frais de tenues de compte (par an) s’élève en moyenne à 12,96€ à la Réunion (contre 15,24€ en métropole).Les commissions d’intervention (par opération) à 7,48€ ( 7,72€ en métropole) et le retrait en euros dans un DAB d’un autre établissement de la zone euro avec une carte de paiement internationale coûte 0,72€ à un réunionnais contre 0,91€ pour un métropolitain .Contrairement aux autres DOM, La Réunion profite de tarifs bancaires moins élevés par rapport à la métropole , par exemple les frais de tenues de compte en guyane et martinique sont nettement plus élevés avec respectivement 24,69€/an et 23,93€/an.

 

Lire le bilan annuel de l’IEDOM

Un doute sur un terme ? Consultez notre liste de définitions.