Forte baisse des prix de la téléphonie mobile depuis l’arrivée de Free à La Réunion

Lors de la dernière assemblée plénière de l’OPMR du 29 juin 2017, Le cabinet d’étude MARPIJ  avait présenté les résultats de son enquête réalisée pour le compte de l’observatoire relative à la formation des prix des prestations aux particuliers en matière de téléphonie mobile, d’internet et d’offre multiple-play à La Réunion.

Comme annoncé dans les conclusions du rapport de ce cabinet, la présentation mardi 4 juillet 2017 de la nouvelle offre commerciale de Free avec un forfait mobile en appels et SMS illimités et 25 GO d’internet à moins de 10 €, soit à un tarif deux fois moins chers que ce que propose le même opérateur en métropole, a modifié considérablement la réalité locale du marché de la téléphonie mobile.

Un peu moins d’une an plus tard, conformément à l’engagement pris lors de cette assemblée plénière, l’actualisation des résultats de l’étude MARPIJ  était le principal point à l’ordre du jour de l’assemblée plénière du 7 juin 2018. Cette actualisation inclut un relevé des tarifs de détail des principaux services de télécommunications mobiles en métropole et dans les DOM (La Réunion, Mayotte, Antilles, Guyane). Il propose également une analyse de l’impact de cette offre sur les autres concurrents de la zone.

En résumé, il ressort principalement de cette étude que les opérateurs présents à La Réunion avant le lancement de Free Mobile ont été amenés à adapter leurs stratégies tarifaires à cette nouvelle donne.

Orange a surtout fait évoluer ses tarifs sur les forfaits d’entrée de gamme, qui sont en concurrence tarifaire frontale avec l’offre de Free Mobile, mais en diminuant le volume d’Internet offert. Pour le milieu de gamme, Orange conserve les mêmes tarifs mais augmente les prestations afin de devenir comparable à Free Mobile en termes de prestations (voix illimitée et données à 20 Go), mais pour un tarif trois fois plus élevé. C’est la marque low cost d’Orange, Koifé ! qui se positionne sur le milieu de gamme avec une offre seulement 50% plus chère que Free Mobile (14,99 €) à prestations légèrement supérieures (30 Go de données).

SFR, comme Orange, a diminué les prestations offertes sur l’entrée de gamme afin de se rapprocher de l’offre Free Mobile. Mais c’est sur le milieu de gamme que l’effort de l’opérateur est le plus important, baissant de 28% son tarif tout en augmentant de 230% le volume de données offertes. Et comme chez Orange, la gamme low cost de SFR est la plus compétitive sur le milieu de gamme, avec le même forfait qu’Orange (appels illimités et données 30 Go pour 14,99 €).

Only reste actif sur le prépayé (baisse des tarifs sur les offres prépayées par paliers et arrêt de la tarification différenciée on net/off net). S’il augmente légèrement les tarifs sur la tarification à la seconde, c’est en s’alignant sur la tarification d’Orange sur les communications à La Réunion afin de demeurer le moins cher des opérateurs. En revanche, les offres forfaits d’entrée de gamme sous sa marque propre incluent désormais nécessairement la fourniture du terminal et un engagement de deux ans. Dans la mesure où l’offre Free Mobile est faite sans engagement et sans fourniture de terminal, cela permet à Only de se concentrer plutôt sur le segment de clients qui souhaitent changer régulièrement de terminal et d’éviter la cannibalisation des offres sous des marques différentes au sein du même opérateur.  

De façon générale, ce sont les marques low cost d’Orange et SFR qui viennent se positionner de la façon la plus pertinente face à Free Mobile, à la fois en conservant des forfaits à très petit budget et à prestations faibles qui n’ont peut-être que peu d’avenir mais ont l’avantage d’offrir une vraie entrée de gamme basse (de 4,99 à 6,99 € mais avec 2 h de voix et très peu d’Internet), mais aussi avec des offres autour de 15 € avec des prestations comparables à Free (voix illimitée et données à 30 Go). Ces marques deviennent nettement plus compétitives que les marques opérateurs. Rife, de son côté, évite la concurrence frontale sur le milieu de gamme, en conservant pour le moment une offre deux fois plus chère que Free et avec peu d’Internet mobile.   

Dans le même temps, en métropole, les tarifs des forfaits d’entrée de gamme (une vingtaine d’offres à moins de 5€ TTC par mois) n’ont pas évolué, étant déjà à un prix peu éloigné du coût marginal. On notera cependant que les prestations peuvent augmenter marginalement (Leclerc Mobile ou La Poste font ainsi apparaître 100 Mo de data dans leurs forfaits de respectivement 3 et 2h de voix).

En milieu de gamme, les prestations ont tendance à continuer à augmenter et les tarifs à baisser (voire à augmenter légèrement si les prestations augmentent significativement) sur les forfaits voix + SMS illimités. Par exemple, Bouygues passe de 12,99 € avec engagement à 7,99 € sans engagement sur l’illimité voix + SMS avec 20 Go ; Coriolis passe de 14,50 € à 15,50 € sur le forfait brio illimité mais la data passe de 1 à 10 Go. Quoi qu’il en soit, ces évolutions sont beaucoup plus modérées que ce qu’on peut constater à La Réunion sur la même période.

Sur le haut de gamme, l’évolution est peu significative voire nulle, car les prestations sont déjà illimitées ou presque (voix et SMS/MMS illimités, roaming, données à 100 Go par mois) et les tarifs n’évoluent pas.

On peut donc conclure que l’arrivée de Free Mobile a eu un impact réel et significatif sur les offres des opérateurs à La Réunion, amenant le DOM à un niveau d’offre qui devient comparable en termes de prestations, et un peu supérieur en termes de tarifs, à ce que l’on constate en métropole.

Lire le rapport complet d’actualisation de l’étude MARPIJ sur la téléphonie mobile

Lire la restitution présentée en plénière

Lire le dossier de presse résumant l’ensemble des conclusions de l’étude avec son actualisation sur les offres internet et la téléphonie mobile

 

Un doute sur un terme ? Consultez notre liste de définitions.