Vers un maintien de la croissance économique en 2016 à La Réunion ?

Dans la brève note de conjoncture qui suit, Jean-Yves ROCHOUX, économiste, membre de l’OPMR, nous apprend que les bons résultats économiques observés depuis deux ans à La réunion devraient en principe se poursuivre en 2016. Toutefois, prend-il soin de préciser, une part d’incertitude économique demeure en raison des multiples événements (locaux ou extérieurs) susceptibles de provoquer des crises sérieuses : 
La croissance du PIB réunionnais en volume est assez chahutée depuis quelques années. Après une progression annuelle moyenne de 5 % jusqu’en 2007, conforme à ses bons résultats de long terme, il chute à – 2,7 % en 2009 et – 0,2 % en 2010 sous l’impact de la récession mondiale et d’une crise locale du BTP. Ensuite, il redevient positif, mais à un niveau médiocre (+ 1 % tout juste en moyenne de 2011 à 2013). Enfin il progresse sensiblement en 2014 (+3,1%) et semble même susceptible d’avoir fait un peu mieux en 2015 (+ 3,6%). Les résultats macroéconomiques de la Réunion les plus récents sont donc plutôt bons, meilleurs qu’en France (+ 1,2 % en 2015).
Une poursuite de ces bons résultats en 2016 est envisageable, entre 3 et4 % de croissance. En effet, les déterminants habituels de la croissance économique semblent plutôt bien orientés. C’est  d’abord le dynamisme de la consommation finale des ménages soutenue par la faible inflation (+ 0,4 % en 2015) et la hausse de la masse salariale. C’est ensuite une amélioration du climat des affaires depuis le début de 2015 qui pourrait être favorable à l’investissement des entreprises. D’autant plus que les travaux de la NRL, entamés depuis 2014, devraient en 2016 jouer un rôle majeur compte tenu de leur montée en charge progressive. L’embellie du marché du travail devrait se confirmer avec une diminution du taux de chômage au sens du BIT, comme cela a été entamé en2014 (26,8%).
Mais il ne s’agit là que d’un prolongement assez mécanique, pour 2016, des résultats connus pour 2014 et anticipés pour2015. C’est une façon de faire fréquente chez les prévisionnistes. On se cale sur les tendances détectées avec une modulation optimiste ou pessimiste. Dans le cas présent, elle est plutôt optimiste avec le gommage des évolutions possibles moins favorables comme une restriction plus sensible des dépenses publiques ou la reprise de l’inflation destructrice du pouvoir d’achat des ménages ou encore le retour d’une crise mondiale qui pourrait s’inscrire dans une perspective de stagnation séculaire.
En fait, personne ne sait vraiment de quoi sera fait2016 sur le plan économique. De multiples événements (locaux ou extérieurs) peuvent provoquer des crises sérieuses. Les prévisions ne sont que des exercices hypothétiques à haut risque, des occasions de réfléchir à des enchaînements possibles qu’il faut confronter ensuite à la dure réalité des données statistiques.Ajoutons enfin que les résultats macroéconomiques ne sont peut-être pas l’essentiel, même s’ils sont importants car ils correspondent à des moyens financiers indispensables. Mais les résultats en matière de développement humain (inégalités…) et d’équilibre écologique sont eux primordiaux pour apprécier un changement fondamental du modèle réunionnais comme semble le souhaiter de plus en plus d’acteurs.


Lire les autres articles de Jean-Yves ROCHOUX sur le site de l’OPMR :

 

 

 

Un doute sur un terme ? Consultez notre liste de définitions.