Compte rendu de la réunion plénière du 9 août 2019

Présidée par M. Sébastien FERNANDES, l’assemblée plénière de l’OPMR du 9 août 2019 a rassemblé une quarantaine de membres et citoyens associés.

Cette réunion s’est articulée autour de trois séquences principales.

Bilan de l’activité de l’OPMR depuis l’assemblée plénière du 5 juillet 2019

La séance a démarré par un propos introductif du président de l’OPMR sur l’état d’avancement de nos travaux.

Depuis la dernière assemblée plénière du 5 juillet 2019, l’OPMR est toujours en attente de la réponse de la ministre des Outre-mer à sa saisine par courrier du 27 juin 2019 sur le statut des 50 citoyens associés aux travaux de l’Observatoire.

Conformément aux décisions prises à cette occasion, un cabinet d’avocats spécialisé en droit public a été saisi pour une demande de devis relatif à une étude portant sur les droits de ces mêmes citoyens au sein de l’OPMR. Le rendu de l’étude est attendu dans le courant du mois de septembre.

De même, un rendez-vous a été fixé au 19 août 2019 avec le CESER pour envisager le lancement d’une étude en partenariat avec l’Insee sur les dépenses contraintes des ménages à La Réunion et son impact sur le budget des familles.

Enfin, plusieurs réunions ont été organisées par les différents groupes de travail, dont ceux sur la production locale (rencontre avec le groupe Bernard Hayot GBH avant l’annonce de la vente de Vindemia), les carburants, le logement & la santé.

Discussion sur la publication du rapport de l’Autorité de la concurrence (ADLC) n° 19-A-12 du 4 juillet 2019 concernant le fonctionnement de la concurrence en Outre-Mer

Publié le 4 juillet 2019, soit la veille de la précédente assemblée de l’OPMR, ce rapport peut être téléchargé directement sur le site de l’ADLC à l’adresse suivante :

http://www.autoritedelaconcurrence.fr/pdf/avis/19a12.pdf

Les premières réactions à ce rapport commandé par le ministère des Outre-mer à l’ADLC en août 2018 sont assez mitigées. L’une des difficultés soulevées est celle d’avoir englobé l’ensemble des DOM dans un même rapport alors que les problématiques ne sont pas les mêmes d’un territoire à l’autre. Il est en outre reproché à l’ADLC ne pas  avoir conduit un travail suffisamment approfondi et trop éloigné des préoccupations locales.

L’accent mis sur le développement du e-commercce suscite en particulier une certaine inquiétude : s’agit-il de livrer La Réunion aux multinationales de ce secteur au risque de réduire notre territoire à un simple « lieu de consommation » sans perspectives pour le développement économique et l’emploi local ?

Il en va de même du chapitre sur l’octroi de mer (OM) qui pourrait laisser penser qu’il serait le principal responsable de la vie chère  alors que le niveau de taxation sur les produits de grande consommation à La Réunion (OM + TVA locale) est en moyenne inférieur à celui de la métropole (TVA à 20%).

En comparaison, le rapport sur la grande distribution et le commerce de proximité réalisé par le cabinet Bolonyocte consulting pour le compte de l’OPMR est perçu comme beaucoup plus riche d’enseignements et de propositions pour l’avenir.

Un groupe de travail est créé au sein de l’OPMR afin de procéder à une analyse plus approfondie du rapport de l’ADLC pour tenter d’en extraire les idées qui pourraient être reprises par l’Observatoire parmi les 5 thématiques et 19 propositions qu’il contient et de formuler le cas échéant des propositions alternatives.

Les membres qui souhaitent intégrer cet atelier sont priés de se rapprocher du secrétariat de l’OPMR en se faisant connaître à l’adresse suivante : contact@opmr.re

Discussion sur la vente de Vindemia

Amaury de LAVIGNE, directeur de Carrefour à La Réunion, a été invité à s’exprimer sur la vente de Vindemia au groupe Bernard Hayot (GBH) et à répondre aux nombreuses interrogations des membres de l’OPMR.

En complément des nombreux arguments sur l’intérêt de cette vente pour La Réunion évoqués dans la presse par les représentants du groupe GBH, M. de LAVIGNE  a également développé deux autres points :

– une critique de l’étude réalisée par le cabinet Bolonyocte Consulting et son auteur, Christophe GIRARDIER. Il conteste la compétence de ce dernier, lui récuse la qualité d’expert de la grande distribution alimentaire et lui reproche d’avoir publié des chiffres totalement fantaisistes en matière de chiffre d’affaires des différents acteurs de ce secteur à La Réunion ;

– le rôle à venir de l’Autorité de la concurrence (ADLC), seule institution légitime pour effectuer une analyse objective des enjeux de la vente de Vindemia au groupe GBH en matière de concurrence, laquelle devrait être saisie officiellement par le groupe GBH début.

Mme Huguette BELLO, députée de La Réunion, a manifesté son inquiétude face à l’annonce de cette vente au groupe GBH en raison du poids en chiffre d’affaires et en parts de marché sans commune mesure avec les autres entreprises locales, pas seulement dans la grande distribution mais aussi dans la vente et la location de véhicules, les pièces détachées, les pneus, les matériaux de construction, l’ameublement, l’agro-alimentaire, etc. Face à la croissance d’un tel groupe qualifié de tentaculaire, elle s’interroge sur un déséquilibre toujours plus grand avec ses fournisseurs locaux et ses conséquences pour l’emploi et en matière de concurrence.

Mme Ericka BAREIGTS, députée de La Réunion, a pris la parole pour exprimer des craintes similaires à celles de Mme BELLO dans une intervention que vous pouvez consulter en cliquant sur le lien suivant : Intervention de Mme Ericka BAREIGTS

Les mêmes doutes ont été exprimés par Mme Vanessa BALBINE, représentante du député M. Jean-Hugues RATENON qui appelle l’ADLC à rencontrer l’OPMR de La Réunion à ce sujet dans un message remis à cette occasion et que vous pouvez également télécharger à l’adresse suivante :Contribution de M. Jean Hugues RATENON

Représentant Mme Nathalie BASSIRE, députée de La Réunion, M. Jean-Marie CADET a lui aussi relayé les inquiétudes de cette dernière.

En complément de ces prises de position exprimées par les député(e)s ou leur représentant, d’autres intervenants ont formulé des observations approfondies sur cette vente, parmi lesquels M. Marcelino BUREL, représentant du CESER et M. Philippe JEAN-PIERRE, professeur agrégé d’économie à l’Université de La Réunion qui intervenait en qualité de conseiller technique de M. Dominique FOURNEL, représentant de la Région au sein de l’OPMR, que nous vous invitons également à consulter en cliquant sur le lien suivant :Interventions de MM. BUREL et JEAN-PIERRE

Face aux nombreuses interrogations soulevées par les participants à cette réunion et aux enjeux importants pour l’avenir du territoire, tant en matière de pluralisme concurrentiel que d’un point de vue plus sociétal (relations avec les fournisseurs en particulier locaux, développement économique du territoire et de l’emploi local…), l’OPMR a décidé de lancer une étude globale d’impact, dont les contours seront définis rapidement, laquelle viendra en complément de l’étude réalisé par le cabinet Bolonyocte consulting sur la grande distribution et le commerce de proximité.

L’ordre du jour étant épuisé, la séance a été levée à 18h30.

La prochaine assemblée plénière de l’OPMR aura lieu à Saint-Pierre le vendredi 13 septembre 2019. L’ordre du jour sera prochainement transmis à tous les membres.

 

Un doute sur un terme ? Consultez notre liste de définitions.