Compte rendu de la rencontre des citoyens associés à l’OPMR avec le président de la République

Une rencontre a été organisée avec les comités consultatifs de citoyens associés à l’OPMR et à la Région dans le cadre de la visite présidentielle jeudi 24 octobre 2019 à  la préfecture. Vingt-cinq citoyen(ne)s de l’OPMR, accompagné(e)s par M. Sébastien FERNANDES, président de l’OPMR, ont participé à cette séquence, soit la moitié d’entre eux.

Celle-ci s’est articulée en 2 temps :

1. La première partie, qui a durée près de 2 heures, a consisté en un échange entre la cinquantaine de citoyens présents et la délégation ministérielle constituée de Mmes Muriel PENNICAUD, ministre du Travail et Annick GIRARDIN, ministre des Outre-mer, ainsi que de M. Jean-Baptiste DJEBARI,  secrétaire d’État chargé des Transports.

Cet échange s’est articulé autour des 4 ateliers suivants, dans lesquels les citoyens se sont répartis en fonction de leur souhait : transports-mobilité, production locale, emploi-formation, engagement-solidarité.

2. A l’issue de ces échanges, des rapporteurs ont été désignés pour présenter le résultat de la réflexion de chacun des ateliers au président de la République lors d’une seconde séquence qui s’est poursuivie autour d’un dialogue entre ce dernier et les citoyens présents et qui a duré environ une heure.

Parmi les thèmes abordés : la vente de Vindemia, la vie chère, la préférence régionale, la formation et le chômage, la continuité territoriale, les carburants, le logement et la défiscalisation, la santé et les mutuelles complémentaires.

Concernant Vindemia, le Président s’en remet à la décision de l’Autorité de la concurrence (ADLC) dont une délégation doit effectuer un déplacement à La Réunion la semaine prochaine. Il a ajouté que l’ADLC ne se limiterait pas à une analyse du rachat éventuel de Vindemia par le groupe Bernard Hayot (GBH) dans le secteur de la grande distribution mais prendrait aussi  en compte l’ensemble des actifs de GBH dans les différents secteurs*.

Sur la vie chère, il rappelle qu’il n’y a pas de solution miracle pour faire baisser les prix et que la meilleure façon d’y parvenir dans une économie de marché où les prix sont libres est de développer la concurrence, sauf cas particulier comme les carburants où les prix sont réglementés dans les DOM. Il ajoute que le pouvoir d’achat dépend également des revenus et de l’emploi en rappelant l’importance du développement des aides dans ce domaine et de la production locale pour donner plus de travail à la population et dans une logique de développement durable.

De manière plus concrète, il propose la création d’une plateforme numérique de signalement gérée par l’Etat qui permettrait à la population d’exercer une fonction de lanceur d’alerte relative à des dysfonctionnements ou des pratiques suspectes dans les secteurs de la distribution.

Concernant l’OPMR, il se dit favorable à l’attribution d’un statut des 50 citoyens associés à ses travaux afin de sécuriser et pérenniser leur participation en son sein.

Interpellé par un citoyen de l’OPMR sur la mise en place d’un chèque alimentaire en faveur des plus démunis, il a demandé à la ministre des Outre-mer d’étudier la mise en place d’un panier péi à prix modéré composé de produits locaux de qualité pour favoriser l’emploi local et dans une logique de développement durable.

* Pour mémoire, le groupe Bernard Hayot est notamment présent dans les secteurs suivants : automobile (concessions Renault, Dacia, Volkswagen, Audi, Mercedes, Hyundai, Skoda, Jeep, Smart, Mitsubishi, Suzuki), locations de voitures courte et longue durée (Hertz/Jumbo/Clovis/SystemLease, etc.), pièces détachées (BPA/ Ferebam, etc), pneumatiques et centres auto REP (Speedy, Norauto), concessions Poids lourd et Travaux public (Mercedes, Renault VI, Iveco, DAF, Komatsu, Hyundai, etc), production locale (produits laitiers), sport, bricolage, restauration rapide, culture, vente en gros et importation de marque.

 

 

 

Un doute sur un terme ? Consultez notre liste de définitions.